Flux RSS   Facebook   Twitter   Pinterest   Google +   Youtube

L'abécédaire des séries cultes (2/4)

vendredi, 14 octobre 2016
Et toi, t'en penses quoi ?
(1 Vote)
L'abécédaire des séries cultes (2/4) - 5.0 out of 5 based on 1 vote

Vous l’attendiez avec impatience, voici la 2ème partie de l’abécédaire des séries cultes. Pour consulter la 1ère partie, c’est par ici : L'abécédaire des séries cultes (1/4).
Dans cette deuxième partie, nous allons parcourir ensemble les décennies et les genres passant sans complexe du drame à la comédie. Au programme : juke box, café, Lotus Seven, naine, noir et blanc, peigne, fellation, petit cul serré, mère et fille, etc. des combinaisons qui laissent présager le meilleur...

Avant d’entrer dans le détail, n’hésitez pas à partager l’article, à commenter et à donner votre avis sur ces séries cultes ou non. C’est parti !

G comme Gilmore Girls

Gilmore Girls

Comment ne pas parler de Gilmore Girls qui va faire son grand retour plus de 9 ans après avoir été annulée. Plus que quelques semaines à attendre et la série sera sur Netflix pour de nouvelles aventures. Pour plus d’infos sur ce revival, consultez notre article Netflix relance Gilmore Girls.

Mais ce n’est pas le fait d’être un revival qui fait de Gilmore Girls une série culte. Sinon, Prison Break aurait tout à fait sa place dans cet abécédaire. Que nenni, cette piètre série ne sera pas présente ici même, mais peut-être bien dans un prochain abécédaire portant sur des séries que l'on pourrait nommer... diarrhéiques. 

Pour revenir à Gilmore Girls, je vois en elle une série rafraichissante où le bonheur est de mise. Nos chères Gilmore vivent des aventures pas toujours plaisantes, n’oublions que nous sommes ici dans un drame familial, pourtant il fait bon vivre à Stars Hollow. Cette petite bourgade est sympathique et les habitants sont accueillants. En démarrant le visionnage d’un épisode, l’illusion d’un arôme de café, d’une odeur de sous-bois ou d’une fragrance de doux parfum, semble embaumer la pièce dans laquelle on se trouve et c’est parti pour 40 minutes de bien-être en compagnie de Lorelai et Rory.

5 raisons qui font de Gilmore Girls une série culte

  1. La relation mère / fille : Lorelai et Rory entretiennent parfois une relation complexe, et pourtant un lien fort et étroit existe. Un lien que beaucoup de parents aimeraient avoir avec leur propre enfant.
  2. Ses personnages secondaires : Luke le bourru et l’amoureux transi, Sookie la meilleure amie over stressée, Emily la grand-mère antipathique, Michel le sarcastique outrancier...
  3. Les histoires d’amour : les filles Gilmore rendent les mecs fous. De belles histoires d’amour jalonnent la série.
  4. Stars Hollow : j’en ai parlé un peu plus haut et je confirme, cette ville est un havre de paix.
  5. Un recueil de références à la pop culture : des films aux séries en passant par la musique, Gilmore Girls est une bible. Les répliques sont pertinentes et tout le monde peut se retrouver dans la multitude de références que propose la série.

Fiche technique

  • Production : 2000-2007.
  • Chaîne de diffusion : The CW, The WB.
  • Genre : drame.
  • Pays de production : États-Unis.
  • Nombre de saisons : 7.
  • Nombre d’épisodes : 153.

H comme Happy Days

Happy Days

Personnellement je ne connais pas très bien cette comédie des années 70. Comme beaucoup j’ai vu quelques épisodes épars sans pour autant poursuivre le visionnage. Pourquoi ? Tout simplement car j’étais trop jeune à l’époque où la série passait sur nos antennes et j’avoue n’avoir jamais accroché à celle-ci.

Il était cependant inconcevable de faire cette liste de séries cultes sans parler de Happy Days. Car qu’on aime ou qu’on n’aime pas, la comédie fait indubitablement partie des séries connues de tous pour les raisons suivantes :

5 raisons qui font de Happy Days une série culte

  1. Son personnage culte : Fonzie. On dit bien : "La classe à la Fonzie !". Le personnage est entré dans le langage courant. Henry Winkler, son interprète, est devenu un comédien culte affolant les téléspectateurs dès qu’il apparait en tant que guest dans une série.
  2. Son créateur : Garry Marshall. Outre être le papa de Happy Days, il a officié pour le 7ème art et nous a offert quelques bons longs-métrages dont Pretty Woman. Garry nous a quitté cet été à l’âge de 81 ans : Mort de Garry Marshall, le papa de Happy Days.
  3. Sa longévité : pas moins de 11 saisons pour cette comédie.
  4. La nostalgie qu’engendre chaque visionnage de la série : se retrouver ainsi dans son enfance ou son adolescence aux côtés des sympathiques Cunningham.
  5. Son générique : "Sunday monday happy days"

Fiche technique

  • Production : 1974-1984.
  • Chaîne de diffusion : ABC.
  • Genre : comédie.
  • Pays de production : États-Unis.
  • Nombre de saisons : 11.
  • Nombre d’épisodes : 255. 

I comme I love Lucy

I love Lucy

Là aussi mon âge ne joue pas en ma faveur pour vous parler de cette série. Créée dans les années 50 I Love Lucy a connu un large succès outre-Atlantique. Sur le territoire français, il y a eu peu de diffusions, d’où la difficulté de voir des épisodes ou même de se procurer la série.

Heureusement, de nombreux ouvrages parlent de I Love Lucy.

Petit aparté : je vous redirige vers la rubrique Bibliographie du site où vous trouverez quelques livres très intéressants sur le monde des séries télévisées.

Ainsi, sans avoir vu la série, on sait que celle-ci a tenu une place importante dans les années 50 aux États-Unis, période que l’on appelait "l’âge d’or" des séries télévisées. I Love Lucy est devenue une série culte pour de nombreuses générations et elle a influencé grandement le monde de la télévision et la production des fictions télévisuelles. 

3 raisons qui font de I Love Lucy une série culte

  1. Son actrice principale : Lucille Ball. Actrice principale et productrice de la série, Lucille a eu une aura colossale sur Hollywood. Elle a obtenu de nombreuses récompenses et fait partie des actrices cultes de la sphère hollywoodienne.
  2. Son influence sur ce que sont aujourd’hui les sitcoms. Filmée en public, elle fait partie des séries précurseurs, ce qui caractérisera par la suite le genre sitcom.
  3. Ses guests-stars. De nombreuses personnalités ont fait une apparition dans I Love Lucy : John Wayne, Maurice Chevalier, Ida Lupino, Orson Welles, Rock Hudson...

Fiche technique

  • Production : 1951-1957.
  • Chaîne de diffusion : CBS.
  • Genre : comédie.
  • Pays de production : États-Unis.
  • Nombre de saisons : 6.
  • Nombre d’épisodes : 181.

J comme Journal intime d'une call girl

Journal intime d'une call girl

Il y avait également Jericho et Joséphine, ange gardien commençant par la lettre J. À noter que je n’ai rien contre les séries post-apocalyptiques niaises et aseptisées ou contre les personnes de petites tailles provenant de l’au-delà, mais je me suis dit que placer les mots "pute", "prostitution", "sado-masochisme", "pénétration", "lesbienne" et "fellation" grâce à une série aurait plus d’impact sur le référencement de l’article.
Avant toute objection, je vous arrête, je sais bien que Journal intime d'une call girl ne se limite pas à ça et que le discours proposé par la série va bien plus loin. 

Marie-Constance : "Ah mais de l’objection je vais vous en donner cher ami. Alors comme ça vous faites l’apologie de la prostitution et de l’homosexualité, c’est une honte monsieur. Ce que fait cette femme est interdit, c’est tout bonnement scandaleux. Et en faire un divertissement télévisuel est abject. Comment pouvez-vous cautionner cela et en parler ouvertement dans votre article ?"

Untitled 18

Image extraite du blog sopeople. Je vous invite à découvrir l'article Lettre ouverte à Christine Boutin de la part d'une "abominable personne !"

Alors on va se détendre légèrement la Christine Boutin de Neuilly. Ce genre de discours haineux on n’en veut pas ici. Alors du balais et retourne conter fleurette à ton cousin. 

Donc revenons à nos ébats sexuels avec la délicieuse Belle. Journal intime d'une call girl est effectivement une série qui parle de sexe dans toute sa composante. Le sexe reste néanmoins un cadre général qui permet d’aborder des sujets plus précis comme les relations amoureuses et amicales de Belle, ou des sujets plus complexes comme la femme objet, les maladies sexuellement transmissibles... La série parle avant tout de la femme, de la femme en tant qu’égal de l’homme et ici en tant que sexe fort. Le cul, pour parler crument, ne sert que de porte d’entrée pour comprendre la condition de la femme dans notre société contemporaine. Et franchement la série réussit assez habilement son pari et nous offre une belle série sur l’amour, l’amitié, les différences et le jugement que nous portons tous les uns sur les autres. 

5 raisons qui font de Journal intime d'une call girl une série culte

  1. Son actrice principale : Billie Piper. Je l'adorais dans les premières saisons de Doctor Who et il était inconcevable que je la loupe dans son nouveau projet.
  2. Son discours intelligent : confère ce que je précise quelques lignes au-dessus.
  3. Son humour. Oui la série aborde des sujets tabous et graves, mais pas que. Elle sait aussi être légère et drôle. On retrouve l’humour anglais assez régulièrement avec des situations cocasses voire délirantes.
  4. Une histoire vraie : Belle de Jour a réellement existé. La série est une adaptation d’un livre et d’un blog de Brooke Magnanti, une jeune femme qui a été la Belle de la série dans sa jeunesse.
  5. Pour la présence de Callum Blue, aka Mason dans Dead Like Me. En tant que fan de cette dernière et du personnage de Mason, je ne pouvais qu’apprécier la présence du comédien dans Journal intime d'une call girl.

Fiche technique

  • Production : 2007-2011.
  • Chaîne de diffusion : ITV2.
  • Genre : drame .
  • Pays de production : Royaume-Uni.
  • Nombre de saisons : 4.
  • Nombre d’épisodes : 32.

K comme K2000

k2000

"Les exploits d'un chevalier solitaire dans un monde dangereux. Le chevalier et sa monture ! Un héros des temps modernes, dernier recours des innocents, des sans-espoirs, victimes d'un monde cruel et impitoyable."

Vous connaissez forcément cette phrase. Il s’agit de la voix off accompagnant chaque début d’épisode de K2000. Et bien entendu la musique du générique associée vous est encore moins inconnue. Pour rappel, vous trouverez le générique quelques lignes ci-dessous.

K2000 est une série que tout le monde connaît. On aime ou on n’aime pas, ce n’est pas grave on la connaît de fait. Et c’est ce qui fait d’elle une série culte.

5 raisons qui font de K2000 une série culte

  1. Son héros, Michael Knight, avec sa coupe de mouton, ses jeans ultra moulants et ses petites blagues de dragueur à deux balles.
  2. Son acteur principal : David Hasselhoff. David est un personnage hors du commun. À la fois détesté, moqué, adulé et sachant faire preuve de pas mal d’autodérision, ce type est à part. Sa carrière de comédien n’est pas très réussie si on retient les deux séries qui l’ont conduit sur le devant de la scène : K2000 , Alerte à Malibu. Loin d’être de grandes séries. Elles ont néanmoins marquées plusieurs générations et ont permis à David de devenir un acteur très connu. On peut également parler des frasques du monsieur avec la fameuse vidéo tournée apparemment par sa fille où on le voit à moitié bourré, manger un hamburger dans une chambre d’hôtel. Et pour finir, il y a David le chanteur. Et là ça vaut son pesant de cacahuètes. Je vous laisse découvrir en fin d’article un clip mythique du m’sieur. HOOGA CHAKKA !
  3. Sa voiture. L’autre héros de la série est la voiture de Michael Knight : KITT. Il s’agit d’une Pontiac Firebird Trans Am 1982. Beaucoup d’entre nous ont rêvé de pouvoir conduire un tel engin. Plus d’infos sur KITT et le modèle de la voiture sur Wikipedia.
  4. Son créateur : Glen A. Larson. Glen était un créateur de séries à succès entre les années 70 et 90. On lui doit notamment Galactica et Galactica 1980, Quincy, L'homme qui tombe à pic, Magnum, Manimal, etc. Il est décédé il y a 2 ans : Le "papa" de Magnum est décédé.
  5. Son générique : voix-off et musique font de ce générique un incontournable du genre.

Fiche technique

  • Production : 1982-1986.
  • Chaîne de diffusion : NBC.
  • Genre : action, science-fiction.
  • Pays de production : États-Unis.
  • Nombre de saisons : 4.
  • Nombre d’épisodes : 91.

L comme Le Prisonnier

Le Prisonnier

Avec Le Prisonnier on atteint ici le haut du panier des séries cultes. Je vous avais d’ailleurs parlé de cette série dans un précédent article sur 5 séries courtes à découvrir absolument. Je ne vais pas m’étendre sur la qualité intrinsèque de cette série. Je vous renvoie à l’article susmentionné et à la critique sur la fiche de la série : Le Prisonnier.

En quelques mots, si vous aimez les fictions en huis-clos, la science-fiction, les dystopies, cette série est faite pour vous. Le Prisonnier est une petite perle que je conseille vivement, alors foncez, n’hésitez surtout pas, vous m’en direz des nouvelles.

Jean-Clément : "Si ça se passe dans une prison comme dans Prison Break, ça devrait me plaire alors ! Et il a des tatouages le héros ?"

Gifle

 

5 raisons qui font de Le Prisonnier une série culte

  1. Un huis clos complètement maîtrisé. De nombreuses séries se sont essayées au format huis-clos et peu ont réussi. Pour rappel : 3 séries à huis clos à éviter.
  2. Sa phrase culte : "Je ne suis pas un numéro, je suis un homme libre !". Le Prisonnier est une véritable réflexion sur la condition humaine, le libre arbitre et la liberté. Une phrase que l’on peut entendre parfois dans la vie courante.
  3. Son acteur et créateur : Patrick McGoohan. Comédien et tête pensant de la série, Patrick est un artiste accompli. Il est aussi connu pour avoir joué dans Destination Danger.
  4. Sa fanbase. La série est devenue tellement populaire et culte que des fans clubs se sont créés pour parler de la série et des interprétations de chacun. seulement 17 épisodes et pourtant Le Prisonnier est devenu un phénomène planétaire.
  5. Son générique avec Numéro 6 au volant de sa Lotus, ses bruis de tonnerre et la virée à travers les rues de Londres. 

Fiche technique

  • Production : 1967-1968.
  • Chaîne de diffusion : ITV.
  • Genre : science-fiction.
  • Pays de production : Royaume-Uni.
  • Nombre de saisons : 1.
  • Nombre d’épisodes : 17.

En attendant la suite de notre abécédaire des séries cultes, je vous laisse en compagnie de David Hasselhoff et de son clip Hooked on a Feeling.

Générique

Lu 853 fois
Chewy

Les 5 séries incontournables :
Six feet under, Breaking Bad, Doctor Who, The Office, The Sopranos.

La série à découvrir

Le Marshal Raylan Givens est de retour dans Comté de Harlan, dans son Kentucky natal, après un passage à Miami. Sur place, il retrouve ses vieux démons et de vieilles connaissances...

Brèves de l'au-delà

Bonnes affaires