Flux RSS   Facebook   Twitter   Pinterest   Google +   Youtube

Angel

1999 - 2004

Et toi, t'en penses quoi ?
(1 Vote)
Angel - 3.0 out of 5 based on 1 vote

C’est au cours du 18ème siècle qu’un jeune irlandais est transformé en vampire. Angelus revient d’entre les morts et devient le vampire le plus impitoyable de tous les temps. Il est cruel, barbare et par-dessus tout sans cœur. Sa vie éternelle va cependant être bouleversée le jour où il va s’attaquer à des bohémiens. Ces derniers lui jettent un sort afin de lui rendre son âme. Depuis ce jour, Angelus est devenu Angel qui n’a de cesse que de vouloir racheter ses actes en sauvant la veuve et l’orphelin. En 1996, Angel fait la connaissance de Buffy, la Tueuse de vampire, pour laquelle il s’amourache très vite. Ils vivent de nombreuses aventures, entre amour, haine, lutte contre le mal, sauvegarde du monde... jusqu’au jour où Angel décide de prendre son envol vers Los Angeles. C’est dans cette ville de lumière et d’ombre qu’avec sa petite équipe (Cordélia, Wesley, Doyle, Gunn, Winifred et Lorne), il va lutter contre le mal tout en restant dans l’ombre.

Informations supplémentaires

  • Nom original de la série: Angel

  • Créateur: Joss Whedon

  • Dates: 1999 - 2004

  • Genre: Fantastique

  • Pays de production: États-Unis

  • Chaîne(s) de diffusion originale: UPN, Warner

  • Chaîne(s) de diffusion française: Série club, TF1, TF6

  • Nombre de saison(s): 5

  • Nombre d'épisodes: 110

  • Critique:

     

    Une série où le vampire est le héros ? En voilà une bien bonne idée. Joss Whedon, deux années après avoir créé Buffy contre les vampires pour le petit écran, a l’ingénieuse idée de faire un spin-off de son bébé et de donner la chance au personnage d’Angel d’évoluer dans sa propre série.

    A contrario de la série Buffy contre les vampires (même si celle-ci a su s’axer sur des thèmes tels que la mort et la dépression dans les saisons 5 et 6), Angel est une série plus sombre, plus mature qui n’aborde pas, ou du moins, qui n’est pas une analogie de l’adolescence comme sa grande sœur. La série traite de sujets plus adultes, cela allant de soi étant donné que le héros a plus de 270 ans ! Pour être plus précis, Angel se penche sur un sujet comme celui de la rédemption, sujet qui est le véritable fil conducteur tout au long des 5 saisons. Angel peut-il se racheter et se faire pardonner pour toutes les atrocités qu’il a commises ?

    Cette problématique récurrente se matérialise très nettement au cours de la troisième saison avec l’apparition du personnage de Holtz. Ce dernier a voyagé dans le temps dans l’unique but de retrouver Angelus et de venger la mort de ses enfants, tués par le vampire.
    Tout ceci n’ancre pas pour autant la série dans une conceptualisation cloisonnée du bien et du mal. Angel n’est pas une série moralisatrice, mais plutôt une série qui présente les multiples possibilités existant entre le bien et le mal et toutes les nuances qui peuvent les accompagner. Ne voyez pas pour autant la série comme une fiction philosophique car ce n’est pas le cas. Elle est un moyen de réfléchir sur ses actes passés qui auront nécessairement des retombées sur notre vie future. Il faut donc les accepter car ils font partie de nous. Accepter ne veut pas pour autant dire subir, et c’est ce que prouve Angel tout au long des saisons.

    La série est également une très belle critique de la société américaine. De nombreux épisodes sont basés sur l’abus de pouvoir, les minorités (dont les démons font partie), la haine raciale, etc. Tant de sujets qui font la une de la presse.

    Un autre atout de la série se retrouve dans les "cross-overs" avec Buffy contre les vampires. Il faut dire que pour les fans des deux séries, c’est un réel bonheur de voir les personnages se mêler les uns aux autres.

    Angel a aussi des points négatifs et le principal a été, à mon goût, le personnage de Connor, le fils d’Angel, qui certes a structuré le scénario et fait avancer les héros de la série. Néanmoins, ce personnage est des plus agaçants, un véritable adolescent qui se rebelle contre la société...

    Pour finir, il est à noter que la série n’a pas vraiment eu sa chance sur les chaînes hertziennes, avec TF1 qui a arrêté la programmation de la série et qui, en plus, s’est permis de censurer des scènes soi-disant trop violentes. C’est sûr qu’Angel aurait mérité un autre créneau horaire que celui du samedi après-midi...


Générique

Lu 2134 fois
Chewy

Les 5 séries incontournables :
Six feet under, Breaking Bad, Doctor Who, The Office, The Sopranos.

La série à découvrir

Police Squad est la série qui a inspiré et précédé les films de la série Y a-t-il un flic... ? Elle met en scène le lieutenant Frank Drebin (déjà interprété par Leslie Nielsen) dans un enchaînement de dialogues débiles pleins de non-sens, de situations loufoques et de gags burlesques. On retrouve tout à fait l’esprit des films qu’elle a engendré.

Brèves de l'au-delà

Bonnes affaires