Flux RSS   Facebook   Twitter   Pinterest   Google +   Youtube

Six Feet Under

2001-2005

Et toi, t'en penses quoi ?
(2 Votes)
Six Feet Under - 5.0 out of 5 based on 2 votes

Nathaniel Fisher meurt dans un accident de voiture fauché par un bus. Il laisse, livrés à eux-mêmes, ses trois enfants (Claire, David et Nate) et sa femme Ruth. Ce décès inattendu survient à la veille de Noël. La famille Fisher, comme de nombreuses familles, devait se retrouver pour fêter Noël. La mort brutale du père chamboule alors toute la vie de la famille qui doit réapprendre à se parler et à vivre ensemble. Il laisse également derrière lui son entreprise familiale de pompes funèbres : Fisher and sons. A présent nous allons suivre le quotidien de cette famille en se posant cette question : comment vivre en étant confronté quotidiennement à la mort ?

Informations supplémentaires

  • Nom original de la série: Six Feet Under

  • Créateur: Alan Ball

  • Dates: 2001-2005

  • Genre: Drame

  • Pays de production: États-Unis

  • Chaîne(s) de diffusion originale: HBO

  • Chaîne(s) de diffusion française: Canal+, France 2, France 4, Jimmy

  • Nombre de saison(s): 5

  • Nombre d'épisodes: 63

  • Critique:

     

    Six feet under est le chef d'œuvre télévisuel de ces dernières décennies. A ce titre, il est difficile d'entamer une critique sur cette série tant elle est superbe et tellement il y a de choses à dire. Alors c'est parti pour une liste de termes dithyrambiques et tous plus élogieux les uns que les autres.

    Quand la mort nous parle de la vie

    Six feet under est une série télévisée à part. Elle semble être un ovni parmi toutes les séries télévisées américaines présentes sur nos chaînes françaises. Elle porte un regard original sur le quotidien d’une famille de croque-morts. Le thème de la série se retrouve initialement dans son titre, Six pieds sous terre en français.

    La mort est donc le thème principal dans la narration de la série. Elle aborde un sujet simple, commun, faisant partie de la vie et nous offre la possibilité de voir comment la mort est perçue dans nos sociétés. Louis-Vincent Thomas dans son livre La Mort dit : "Notre société pourtant mortifère, rejette la mort". La question du tabou de la mort est alors présente. Le réalisateur de la série, Alan Ball, corrobore tout à fait cette idée, et précise que "la mort est un sujet tabou et je me suis demandé qui étaient ces gens qui faisaient quotidiennement face à la mort". Ainsi, dans Six feet under, la famille Fisher est confrontée quotidiennement à la mort. Chaque jour, de nouveaux cadavres accompagnés de la famille qu’ils ont laissée, entrent dans leur vie. La mort est représentée sous toutes ses formes, à travers les corps, à travers la maison qui est aussi le lieu de travail ou bien encore la voiture de Claire, une voiture funéraire. La mort est intégrée dans la vie de chaque personnage.

    La série parle de la mort sans tabou. Il est possible de se demander si la mort ne deviendrait pas rassurante par le fait que les personnages la côtoient chaque jour. C’est ce que nous explique Alan Ball : "ceux qui doivent lui faire face tous les jours doivent développer une bonne dose d’humour noir qui leur permet de supporter tout ça. Surtout, ils apprennent à mieux apprécier la vie car quand vous travaillez dans cette industrie, vous savez plus que n’importe qui que tout peut arriver."

    On peut dire que la mort vécue au quotidien engendre une perception différente, quelque peu rassurante, désacralisée et qui a pour objectif d’ancrer la personne dans la vie. Six feet under nous parle en fait de la vie à travers la mort.

    Encore plus fort, dans le show, la mort tient un rôle à part entière. On pourrait dire qu'elle a un pouvoir au coeur de la construction narrative de la série. Ce pouvoir, c'est celui de la communication. Chez les Fisher, la communication entre les membres de la famille n’est vraiment pas facile. Chacun se complaît dans ses propres problèmes, sans en parler aux autres. La mort joue alors un jeu très intéressant. En effet, c’est au travers des morts qui leur apparaissent que les membres de la famille se remettent en question et s’interrogent alors sur leur vie et sur leurs actes. En cela, le rôle du père décédé est très important. Il interfère assez régulièrement, et met chaque personne de la famille face à la réalité de sa vie. Cette relation avec la mort permet aux personnages de comprendre la vie et, de ce fait, la mort. Les morts aident les vivants à mieux vivre.

    La mort, l'humour et tabous en tout genre

    La série fait mouche quand elle parle d’un sujet aussi difficile que celui de la mort. Oui c’est tragique, oui c’est triste... mais comme on l'a vu plus haut, la mort fait partie de la vie et ça, Six feet under nous l’a bien fait comprendre.

    Elle sait également l’aborder avec beaucoup plus de légèreté quand elle présente les morts en chaque début d’épisode. Elle nous sert des décès plus ou moins tragiques et certains sont franchement drôles. Les morts liées à des causes exogènes, morts dites prématurées ou retardatrices, souvent des morts accidentelles, font sourire. Je pense notamment à un épisode de la saison 2 où un homme meurt pendu à sa machine de musculation suite à une masturbation avec suffocation dont l’issue n’est pas très heureuse. Ou encore l’homme qui reçoit malencontreusement sur la tête une boîte de conserve qu’un ouvrier a laissé tomber de son échafaudage. Pas de chance ! Là aussi la mort est liée au quotidien. Et ce sont ces morts qui nous font pénétrer cette fois dans le quotidien de la famille Fisher.

    En étant diffusée sur une chaîne câblée telle que HBO, Six feet under a su également apporter un nouveau regard sur des thèmes considérés souvent comme tabous dans notre société : le sexe, l’homosexualité, la drogue, etc. La série ne fait pas de tri et traite tous ces sujets comme n’importe quel autre sujet de la vie quotidienne. Le tout est toujours fait avec beaucoup de justesse.

    En résumé

    Vous l’aurez compris, Six feet under opère un coup de maître dans son approche létale du traitement de son sujet principal. Chaque épisode est une véritable pépite, traité de la manière la plus sincère possible. Le tout étant interprété magistralement par chacun des acteurs. Mention spéciale à Peter Krause (Parenthood, Dirty Sexy Money) qui a su me tirer quelques larmes à de nombreuses reprises.

    Le but de Six feet under est de toucher les personnes en s’adressant directement à elles, en les confrontant à ce que nous offre la vie quotidiennement. C'est une série qui touche, qui émeut, qui révolte, qui fait réfléchir et qui aime à parler de ce qui dérange dans notre société actuelle. Le tabou, prégnant de nos jours, s’efface pour laisser place à ce besoin de communiquer, de vivre et surtout d’aimer la vie, malgré tous les mauvais côtés qui l’accompagnent.

    Six feet under aura, je le pense sincèrement, marqué toute une génération qui vivait auprès de la famille Fisher une véritable histoire d’amour et de mort...

    Allan Ball, le papa de l’excellent film American beauty, nous offre ici une perle télévisuelle à regarder encore et encore.


Générique

Lu 864 fois
Plus dans cette catégorie : « I Love Lucy Monk »
Chewy

Les 5 séries incontournables :
Six feet under, Breaking Bad, Doctor Who, The Office, The Sopranos.

La série à découvrir

Houdini et Doyle aident la police à élucider des crimes étranges.

Brèves de l'au-delà

Bonnes affaires