Flux RSS   Facebook   Twitter   Pinterest   Google +   Youtube

Harper's Island

2009 - 2009

Et toi, t'en penses quoi ?
(0 Votes)

Au large de Seattle se situe l’île Harper, une île au passé macabre ayant été le lieu d’un massacre. Sept ans plus tard, Henry Dunn retourne sur cette île pour se marier avec Trish. Il est accompagné de sa famille, ses amis et sa meilleure amie, Abby Mills, dont la mère avait été une victime du tueur en série. Alors que tous pensent passer un moment magique et rempli de bonheur, la mort frappe à nouveau ne laissant que peu de chance à Henry et son entourage. Une lutte pour rester en vie s’engage alors sur l’île...

Informations supplémentaires

  • Nom original de la série: Harper's Island

  • Créateur: Ari Schlossberg

  • Dates: 2009 - 2009

  • Genre: Horreur

  • Pays de production: États Unis

  • Chaîne(s) de diffusion originale: CBS

  • Chaîne(s) de diffusion française: W9

  • Nombre de saison(s): 1

  • Nombre d'épisodes: 13

  • Critique:

     

    Une série d’horreur, je dis "oui", une série avec des blondinettes qui se font étriper, je dis encore "oui", une série avec un gros méchant qui prend un malin plaisir à trucider tous les habitants d’une île, je dis toujours "oui", mais alors une série de 13 épisodes dont plus des trois quarts des intrigues sont dignes d’une piètre série pour adolescents, je dis "faut pas pousser !". Il n’y a pas écrit "j’ingurgite tout ce que vous diffusez, alors rassasiez-moi !". Et malgré tout, j’ai regardé la série, et dans son intégralité.

    Pourtant, en lisant le synopsis de Harper’s Island, je me disais qu’il y a avait la possibilité de faire quelque chose d’original, de malsain et de tenir en haleine durant 13 épisodes le badaud qui passerait devant son téléviseur le soir de la diffusion du pilote. Cela aurait pu être le cas, mais pour cela il aurait fallu réduire le nombre d’épisodes à 2, allez soyons indulgent, 3.
    Dans ce cas, il aurait tout simplement été bon d’en faire un téléfilm. Ainsi, les moments d’angoisse que la série essayait, tant bien que mal, de faire passer aurait pu avoir une autre portée. Car dans le développement de la série, les instants propices aux frayeurs, frousses et autres affolements propres au genre sont bien présents mais ils sont malheureusement entachés par des histoires annexes bien souvent peu intéressantes. Par exemple, que Christopher (Matt Barr) et Cal (Adam Campbell) se fassent la gué-guerre pour la belle Chloé (Cameron Richardson) n’a que peu d’intérêt. Autre exemple et pas des moindres, car certainement le plus insipide de l’histoire, c’est tout l’arc développé autour de la mallette d’argent et des distensions que celle-ci peut causer à l’intérieur du groupe. Oui, on se doute que devant une telle somme d’argent, l’être humain devient cupide, méprisable et égoïste, pas besoin de s’éterniser sur ce genre de détail qui, au final, n’apporte rien de bien concret au scénario. Il aurait été bon de mettre ces quelques éléments de côté et de détailler plus amplement la personnalité du tueur, d’approfondir le ressenti et donc toute la psychologie amenée par les angoisses de chacun dans cette lutte contre le Mal. En d’autres termes, il aurait fallu creuser ce jeu de massacre plutôt que de l’enrober d’une montagne de faits qui ternissent le récit. Et même si ces faits permettent de présenter les liens entre les personnages, pas besoin de s’éterniser. Le genre horreur-épouvante-drame est bien plus efficace quand il met en exergue les émotions des personnages.

    A présent, venons-en aux personnages. En plus de nous dévoiler une psychologie de bas étage, voire de comptoir du PMU du village paumé au fin fond de la Creuse (le Gers marche bien aussi !), Harper’s Island est desservie par une interprétation bien souvent approximative. Je ne dis pas que les acteurs sont mauvais, ce serait faire preuve de mauvais esprit de ma part. Je dis simplement que pour avoir déjà vu Elaine Cassidy (Ghost squad), Christopher Gorham (Jake 2.0, Ugly Betty) ou encore Jim Beaver (Deadwood) dans d’autres shows et avoir apprécié leur prestation, Harper’s Island a là aussi échoué.

    elaine cassidy harpersElaine Cassidy dans Harper's Island

    Pour les acteurs cités précédemment cela passe encore mais pour d’autres, la copie est à revoir. Il faut dire que jouer l’acteur quand on a un personnage aussi intéressant qu’un bâtonnet de surimi dans un banana split, il n’y a rien à faire si ce n’est lire ses répliques et passer pour un con !
    Comment ça je suis dur ? Pour tout vous dire j’ai été vraiment déçu par la tournure qu’a prise la série. Le pilote m’avait fait une assez bonne impression. Il mettait bien en place les choses et démarrait tranquillement avec des meurtres originaux. Mais voilà, la suite de la série n’a pas été du même acabit et au fil des épisodes, je me suis vu déchanter. Là où de mauvais films d’horreur réussissent au moins à me faire rire, Harper’s Island n’a su suscité que l’ennui en moi.

    Dommage, l’idée était là. Au final, rien de transcendant et pas grand-chose à retenir. Copie à revoir ! Et si vous voulez regarder une série avec un serial killer je vous conseille plutôt de vous jeter sur Epitafios, une série autrement plus recherchée.


Générique

Lu 1252 fois
Plus dans cette catégorie : « Ghost Squad Haunted »
Chewy

Les 5 séries incontournables :
Six feet under, Breaking Bad, Doctor Who, The Office, The Sopranos.

La série à découvrir

Police Squad est la série qui a inspiré et précédé les films de la série Y a-t-il un flic... ? Elle met en scène le lieutenant Frank Drebin (déjà interprété par Leslie Nielsen) dans un enchaînement de dialogues débiles pleins de non-sens, de situations loufoques et de gags burlesques. On retrouve tout à fait l’esprit des films qu’elle a engendré.

Brèves de l'au-delà

Sorties

No events

Bonnes affaires